Espace événementiel
Centre d'affaires
Coworking

  • Accueil

Une rentrée en toute sérénité

« La sérénité au bureau », était le thème de l’événement qui s’est tenu le 4 septembre à la Maison de l’Alsace à Paris

Dans le cadre de son partenariat avec le Centre d’affaires parisien, Wattwiller a invité des entreprises à venir faire une pause Sérénité…en plein coeur de Paris ! Au programme : cours de yoga, plongeons au cœur des Vosges et distribution d’astuces sérénité dans un livret dédié.

« La Maison de l’Alsace, qui illustre parfaitement notre concept, est le lieu idéal pour rencontrer et identifier les besoins d’entreprises soucieuses d’améliorer le bien-être de leurs salariés » précise Christophe Bohlinger, qui souhaite les accompagner dans leur démarche.

 

La centaine de personnes venue pour l’occasion a découvert les différents espaces bureaux du centre d’affaires, qui ouvre désormais ses portes à des réunions…plus sereines avec l’eau Wattwiller!

Les assistantes étaient enchantées par cet événement. « Une rentrée en toute sérénité avec Wattwiller ! Cours de yoga, visite des lieux, découverte, détente, dégustations culinaires » Sylvie Alves directrice clientèle d’Assistante plus

http://assistanteplus.fr/a/une-centaine-dassistantes-enchantees-le-bien-etre-royalement-fete-a-la-maison-dalsace-/

Lire la suite

 

Fondée en 1888, Lalique est aujourd’hui l’un des fleurons de la cristallerie française. Fondateur de la Maison et créateur de génie, René Lalique fut d’abord l’inventeur du bijou moderne avant de passer maître dans la verrerie. Avec le temps, le nom est devenu le symbole puissant d’un savoir-faire unique, synonyme de luxe, d’excellence et de créativité, un style reconnaissable entre tous.

Aujourd’hui, Lalique réinvente l’univers créatif et éclectique de René Lalique à travers des créations contemporaines dans six domaines : les bijoux, les objets décoratifs, l’architecture d’intérieur, les parfums, l’art ainsi que l’hôtellerie-restauration.

Lalique s’associe à d’autres Maisons de luxe, artistes et designers pour créer des pièces hors du commun et des collections bénéficiant du savoir-faire et de l’expertise des deux partenaires. Les pièces en cristal sont toutes fabriquées en France dans l’unique manufacture Lalique construite en 1921 en Alsace.

Lalique s’inscrit comme une Maison de luxe et d’art de vivre résolument intemporelle.

www.lalique.com

 

Lire la suite

http://www.pointecoalsace.fr/Region/Trajectoires/Un-supplément-ame-03538.html

« Dans un pays très centralisé comme la France, Paris reste incontournable pour organiser des réunions ou des réceptions. Il existe dans la capitale des centaines de lieux très bien équipés pour cela, mais la Maison de l’Alsace sur les Champs-Élysées offre un véritable supplément d’âme », affirme Frédéric Creplet, cofondateur et directeur général d’E’nergys, la branche services du Groupe Socomec qui fédère des PME spécialisées dans la gestion de l’énergie, l’optimisation du cycle de l’eau et la transformation digitale.

En tant que membre du Club des 100, qui regroupe le monde économique alsacien, il utilise fréquemment les espaces de cette « ambassade » parisienne pour y organiser des réunions internes, recevoir des clients, des partenaires ou des candidats. « La Maison de l’Alsace est un lieu facilement accessible, prestigieux et convivial qui permet aussi de mettre en avant nos origines alsaciennes.

Lire la suite

Amis de la Maison de l’Alsace

L’association a été fondée en 1972, précisément le 25 mai 1972, elle était présidée à l’époque par Georges Bourgeois, avec André Bord. Sa mission principale était de rassembler les entrepreneurs autour de la Maison qui venait d’ouvrir.

L’association était tombée en sommeil, elle a été réveillée en juin 2014 pour contribuer à la reprise de l’exploitation de la Maison de l’Alsace, envisagée alors par la société d’économie mixte au moment où les départements préparaient une délégation de service public. Finalement, l’exploitation a été attribuée à une société commerciale privée, MDA Partner’s, composée d’actionnaires représentatifs de l’entreprenariat alsacien, tels que Dominique Formhals (Aquatique Show) Pierre Etienne Bindschedler (Soprema) Christian Schmitter (CroisiEurope) Bertrand Jacoberger (Solinest) etc. L’association a pour but de favoriser les échanges et les contacts entre les responsables alsaciens de Paris dans les domaines économiques, culturels et sociétaux.

L’association aujourd’hui

Elle réunit à ce jour, 70 cotisants et les membres ont été invités régulièrement aux événements de la maison de l’Alsace, en coordination avec le club des partenaires.

Lire la suite

Dans ces émissions, Bavard’AGES, Delphine Wespiser reçoit des invités qui se confient dans un tête à tête intimiste brossant une partie inédite des invités. Un échange chaleureux met en lumière la relation qu’entretiennent les invités avec un parent ou un proche.
Ont répondu présent : Amanda Scott, Daniel Levi, Nathalie Nguyen, Gérald Dahan et Firmine Richard
Ce sont des tendres bavardages réalisés par Marc Jonas, journaliste et réalisateur de nombreux reportages. Il est depuis 2011 rédacteur en chef de l’émission Paraboles diffusée sur Alsace 20.

Lire la suite

Schmidt Groupe vient de rejoindre le club des partenaires de la Maison de l’Alsace et Anne Leitzgen y a organisé sa conférence de presse
conférence de presse Schmidt groupe
Le segment de la cuisine se porte bien et Schmidt Groupe met le turbo
Achètera-t-on demain sa cuisine équipée d’un simple clic de souris, comme on remplit son panier de courses virtuel ? Lunettes 3D, électroménager portatif et frigos connectés, aujourd’hui stars des salons de l’équipement, trôneront peut-être bientôt dans les maisons. Les cuisines Schmidt et Cuisinella s’y préparent et  « Il  faut anticiper», renchérit Anne Leitzgen, présidente, qui vient d’investir plusieurs millions d’euros dans la digitalisation.
Schmidt Groupe met le turbo sur ses capacités de production dans l’Hexagone. La société familiale a lancé les travaux d’une nouvelle unité de fabrication sur son site de Sélestat en Alsace , dédié à la cuisine. Le chantier représente un investissement de 70 millions d’euros, en raison d’un recours important à la robotisation. « Ce site  pourra produire entre 250 à 300 cuisines par jour à la commande, en plus des 600 actuelles », souligne Anne Leitzgen. Deux cents salariés vont être recrutés à terme, alors que la production doit débuter en 2019.

Lire la suite